20.1 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

ce qu’il faut retenir de la journée du 18 avril

Must read

« Nous pouvons maintenant affirmer que les troupes russes ont commencé la bataille pour le Donbass, pour laquelle elles se préparent depuis longtemps. » Dans un discours retransmis sur Telegram, dans la soirée du lundi 18 avril, Volodymyr Zelensky a annoncé que l’offensive russe à l’est du pays avait bel et bien commencé. « Une très grande partie de l’ensemble de l’armée russe est désormais consacrée à cette offensive, a déclaré le président ukrainien. Peu importe combien de soldats russes sont amenés jusqu’ici, nous combattrons. Nous nous défendrons. » Franceinfo fait le point sur ce qu’il faut retenir de cette journée également marquée des bombardements à Lviv.

L’offensive russe dans l’est de l’Ukraine a commencé

Juste avant Volodymyr Zelensky, c’est le gouverneur ukrainien de la région de Louhansk qui annonçait le début de l’offensive. « C’est l’enfer, s’est désolé sur Facebook Serguiï Gaïdaï. L’offensive a commencé, celle dont on parle depuis des semaines. Il y a des combats à Roubijné et Popasna, des combats incessants dans d’autres villes pacifiques ». 

Un peu plus tôt dans la journée de lundi, les autorités ukrainiennes faisaient état d’au moins 8 civils tués par des frappes russes dans les régions de Donetsk et Lougansk. Quatre d’entre eux ont été tués alors qu’ils tentaient de fuir Kreminna, une petite ville de la région de Lougansk où ont pris position les troupes russes. Quatre autres sont morts en raison de bombardements russes dans la région voisine de Donetsk.

Des bombardements à Lviv font sept morts

Des missiles se sont abattus sur Lviv lundi matin, tuant sept personnes selon les autorités locales. La grande ville de l’ouest de l’Ukraine était jusqu’ici relativement épargnée par l’armée russe. C’est là que de nombreux déplacés ukrainiens y avaienttrouvé refuge, rappelle France 3.

La ville Kharkiv à nouveau bombardée

Des bombardements russes la grande ville du nord-est de l’Ukraine ont fait au moins trois morts lundi, ont annoncé les autorités locales, au lendemain de frappes ayant déjà fait six morts. Selon le Parquet régional, un obus tombé en fin de matinée sur un terrain de jeu pour enfants dans une zone résidentielle a provoqué la mort d’un homme et d’une femme et endommagé des immeubles.

L’Union européenne condamne « des bombardements aveugles et illégaux de civils » 

Après les « puissantes » frappes russes qui ont touché Lviv, l’Union européenne a condamné « des bombardements aveugles et illégaux de civils ». « Il ne peut y avoir d’impunité pour les crimes de guerre », a affirmé le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, dans une déclaration publiée à Bruxelles. 

Volodymyr Zelensky espère obtenir le statut de candidat à l’UE « dans les semaines à venir »

« Notre peuple est, en son for intérieur, déjà mentalement en Europe depuis longtemps. Malgré tout, chaque pays doit suivre cette procédure. » Volodymyr Zelensky espère que son pays obtiendra le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne « dans les semaines à venir ». Pour cela, Bruxelles doit vérifier que l’Ukraine respecte les différents critères et les 27 Etats membres doivent donner leur accord, qui n’est pas acquis. Le dirigeant ukrainien a en tout cas transmis, lundi, deux volumineux dossiers à l’ambassadeur de l’UE en Ukraine. Il constitue la demande d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

Vladimir Poutine décore une brigade accusée des exactions à Boutcha

Son nom est associé aux exactions de Boutcha (Ukraine), près de Kiev. La 64e brigade de fusiliers motorisée a pourtant bel et bien reçu, lundi 18 avril, le « titre honorifique de Garde » dans un décret signé par Vladimir Poutine lui-même. « Les actions habiles et décisives de tout le personnel (de la brigade) lors de l’opération militaire spéciale en Ukraine sont un modèle d’exécution du devoir militaire, de courage, de détermination et de grand professionnalisme », a écrit le président russe à l’adresse des militaires.

La découverte dans des rues de cette localité de cadavres de civils, peu après le retrait des soldats russes, avait suscité début avril une vague d’indignation internationale. Des enquêteurs ukrainiens s’y activent toujours pour réunir des éléments constitutifs de « crimes de guerre ». La Russie avait de son côté démenti tout « crime de guerre », assurant au contraire que les autorités ukrainiennes et les médias occidentaux avaient mis en scène le massacre ou que les forces ukrainiennes l’avaient perpétré pour en accuser Moscou.

Emmanuel Macron n’exclut pas de « reparler » avec Vladimir Poutine

Invité de l’émission « C à vous » sur France 5, lundi soir, Emmanuel Macron a expliqué pourquoi ses discussions téléphoniques avec Vladimir Poutine, régulières au début de l’invasion russe, ne le sont plus. Il a reconnu que le dialogue avec la président russe était « moins intense ces derniers jours pour cause de campagne ». Mais « aussi parce que depuis les massacres que nous avons découverts à Boutcha et d’autres villes, (…) la guerre a pris une autre tournure. Je ne lui ai pas reparlé de manière directe. » Le président-candidat a expliqué préparer « le jour d’après » la guerre et n’exclut pas de « reparler » au président russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici