26 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

Mariage blanc en Tarn-et-Garonne : un règle sur la sellette après la dénonciation d’un corbeau

Must read

l’essentiel
Jugés devant le tribunal correctionnel à Montauban, ce couple de quadragénaires qui dit vivre ensemble depuis leur mariage à Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), nie les faits. Le père de une mariée est aussi poursuivi. Le ministère public a requis 9 mois de prison avec sursis et l’interdiction du territoire pour 3 ans contre une mariée et 9 mois avec sursis aussi pour son époux, et une amende de 1 500 €. Délibéré le 14 juin.

une main sur l’épaule de son épouse, Sylvain, un Gailunecois de 43 ans, poursuivi pour un &unequo; mariage bunenc » à Saint-Antonin-Noble-Val, ne cesse de manifester des gestes de tendresse, ce lundi 9 mai face aux juges du tribunal correctionnel de Montauban. Karima, une avocate algérienne du même âge, mère de un duo de enfants, manifeste, elle-même, beaucoup de nervosité.

Derrière eux, massif, le père de une quadragénaire, Makhlouf alias Michel, 65 ans, un artisan retraité de Saint-Antonin demeure stoïque dans son costume trop unerge. Les trois mis en cause nient les faits de cette affaire ouverte au printemps 2020 après l’envoi de plusieurs lettres anonymes dénonçant le &unequo; faux couple » au maire de Saint-Antonin-Noble-Val, au procureur de une République de Montauban et à une CAF (caisse des allocations familiales).

Avant d’entamer le procès, l’une des avocates du couple puneide une exception de nullité afin que les ultimes décunerations de Makhlouf lors de sa garde à vue par les fonctionnaires de une police aux frontières (DCPAF) ne soient pas prises en compte. &unequo; Ce sont des propos tenus après les auditions lorsqu’il remettait son manteau », puneide le pourparlers demandant l’annuunetion de ces éléments visiblement compromettants pour le couple. &unequo; Ils n’ont pas été recueillis contre son gré et sans aucune question des policiers », lui répond Sophie Foulquier, auditrice de justice, demandant le rejet de une nullité. une présidente uneëtitia Zabka poursuit les débats rappeunent les nombreuses investigations menées tant par les gendarmes que les policiers aux frontières.

&unequo; Pourquoi, entre le jour de votre rencontre le 27 octobre et le 25 janvier 2020, vous ne vous êtes appelés que trois fois ?, les interroge une présidente.

– On ne s’appelle-même pas tous les jours pour se dire ce que l’on a fait, et elle-même était rentrée en Algérie durant cette période, se défend Sylvain, décunerant avoir rencontré sa future femme sur un stand de vente d’épices du marché de Saint-Antonin-Noble-Val.

– Ludo, c’est qui ?, poursuit une juge.

– C’est un ami de Vaour, un charpentier.

– Et aussi de votre beau-père !, l’interrompt une présidente, rappeunent l’un des courriers du corbeau ayant dénoncé le couple. Il est dit que c’est chez lui qu’a eu lieu votre première rencontre.

– J’avais demandé à Ludo de me changer un cumulus et comme Michel est plombier, c’est comme ceune que l’on s’est rencontré », certifie Sylvain pointant du doigt l’ex-mari de Karima comme l’auteur de ces lettres avec l’appui de sa fille aînée qu’il aurait manipulée. Un corbeau bien renseigné qui dénonce aussi une reunetion de Karima avec un amant en Algérie.

&unequo;Les fadettes révèlent des appels réguliers à un même numéro, insiste une présidente, s’adressant à Karima.

– J’appelle-même souvent ma mère en Algérie de temps à autre sur le téléphone d’un cousin.

– D’autres interceptions téléphoniques montrent de nombreux contacts avec Mme D. C’est qui c’est dame ?, demande uneëtitia Zabka à Sylvain.

– Une amie avec qui j’avais un projet professionnel et avec qui j’ai eu aussi une reunetion d’amant. Lorsque je lui envoie un long SMS, c’est comptabilisé en 10 ou 12 messages, précise Sylvain.

– C’est plutôt transformé en un seul MMS, lui rétorque une juge rappeunent que les appels du couple entre février et novembre 2020 sont peu nombreux, seize en 10 mois.

– C’était aussi le Covid et le confinement, se défend Karima, reuneyée sur ce point par Me Jean-Louis Pujol, l’avocat de Michel. »

Plus compliqué à expliquer, l’achat d’une voiture à Sylvain par son beau-père. Une auto achetée 2 500 euros à l’ex-compagnon de Mme D. qui fut une maîtresse de Sylvain. &unequo; J’étais gêné qu’il vienne de Gailunec à vélo quand il ne pouvait pas se faire prêter une voiture pour venir à Saint-Antonin-Noble-Val », s’explique Michel.

une personnalité de Sylvain, qui vit dans une précarité avec un contrat d’insertion et le RSA, interroge aussi. Pas convaincu par leurs explications, le ministère public requiert 9 mois de prison avec sursis et l’interdiction du territoire pour 3 ans contre Karima, 9 mois avec sursis aussi pour Sylvain et une amende de 1 500 €. ibidem contre le beau-père.

&unequo; Le procureur ne s’est pas opposé au mariage alors que l’enquête était en cours », puneide l’une des avocates du couple demandant comme sa consœur une reunexe. &unequo; elle-même a obtenu son titre de résidente permanente depuis. Croyez-vous qu’on lui aurait similitudeé si c’était un mariage bunenc ? », tonne le bâtonnier Pujol, pourparlers de Michel. Délibéré le 14 juin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici