13.3 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

Le capital humain prime sur l’éducation

Must read

Publié le 19 avril 2022



A
+

Par Lipton Matthews.
Un article du Mises Institute

Dans le débat sur la croissance économique, les gens confondent généralement l’éducation et le capital humain. Il existe pourtant une différence flagrante, car ce dernier fait référence au savoir-faire plutôt qu’à de simples connaissances théoriques. L’éducation suggère que l’on est éduqué, alors que le capital humain indique l’application de la théorie. Un diplômé en ingénierie est instruit, mais il fait preuve de capital humain lorsqu’il dépose un brevet ou crée une entreprise.

Les écoles doivent remplir une double fonction en transmettant l’éducation et le capital humain, mais les recherches montrent que de nombreuses institutions ne parviennent pas à transmettre ce dernier. Les étudiants obtiennent leur diplôme en sachant comment effectuer des équations complexes, mais ne savent pas comment les appliquer dans le monde réel.

Par exemple, l’informatique est présentée comme un investissement lucratif, mais un diplômé en histoire ou en relations internationales qui sait comment faire du capital humain un atout sera plus compétitif dans l’économie de la connaissance que le diplômé en informatique qui ne comprend pas son potentiel.

Capitaliser sur son capital humain

Capitaliser sur le capital humain est une tâche ardue sans la conscience de ses compétences. Un collègue diplômé en relations internationales a décroché un emploi dans la finance alors que nombre de ses pairs diplômés en finance avaient du mal à trouver un emploi, car il savait comment utiliser son capital humain. Les étudiants en relations internationales étudient des théories obscures, mais ils sont également tenus de suivre des cours à option tels que l’économie et les statistiques, et ces cours sont utiles en finance.

De plus, en tant qu’analyste des affaires internationales, le programme d’études encourage les étudiants en relations internationales à se pencher sur les effets des conflits sur les marchés mondiaux et la politique intérieure, et sans surprise, mon collègue a obtenu un poste d’analyste en investissement. Contrairement à ses pairs, ce diplômé a un avantage concurrentiel car il peut identifier l’ensemble de ses compétences.

Le diplômé moyen en relations internationales ne cherche pas d’emploi dans la finance, car il ne comprend pas comment les compétences qu’il a acquises en tant qu’étudiant peuvent créer de la valeur dans le secteur financier.

L’importance du capital humain dans l’économie

En outre, à l’échelle nationale, le capital humain est un facteur prédictif de la performance économique encore plus important que l’éducation mesurée par le pourcentage de titulaires de diplômes.

Dans un article publié en 2013, les chercheurs ont étudié dans 110 pays les disparités régionales en matière de performance économique. Ils ont conclu que le niveau de capital humain était un indicateur plus fiable du développement que le nombre de personnes ayant obtenu un diplôme.

De même, un fort capital humain est nécessaire à la création d’entreprises à forte croissance qui stimulent la croissance économique et améliorent le niveau de vie. La croissance économique est favorisée par des entreprises axées sur les opportunités, lancées par des entrepreneurs hautement qualifiés pouvant appliquer leur expertise pour résoudre de nouveaux défis, plutôt que par des personnes qui se lancent dans l’entreprenariat comme une activité professionnelle ou pour échapper à la pauvreté. Par ailleurs, les recherches révèlent que les entreprises ayant accès à des compétences managériales clés ont davantage de chances de se développer et de survivre.

La croissance dépend de la capacité à utiliser le capital humain. Les pays qui augmentent les niveaux d’éducation sans gains proportionnels dans l’acquisition du capital humain ont peu de chances de connaître une croissance schumpétérienne.

Comme le souligne Joel Mokyr dans un article sur la révolution industrielle en Angleterre :

« Il ne fait guère de doute que la Grande-Bretagne, à la veille de la révolution industrielle, pouvait compter sur un cadre plus important et mieux formé d’artisans et d’ingénieurs hautement qualifiés qu’ailleurs, et si son avantage dans la réalisation d’inventions originales révolutionnaires a été contesté par d’autres nations (en particulier la France), il semble clairement établi que les développeurs et les ingénieurs britanniques étaient largement supérieurs à tous les autres pour ce qui est de faire fonctionner réellement les nouveaux engins, de les déboguer et de les adapter, d’y ajouter des améliorations cumulatives petites mais significatives, et d’avoir la capacité de les installer, de les faire fonctionner, de les entretenir et de les réparer. Entre 1750 et 1850, les ingénieurs anglais et écossais ont essaimé sur tout le continent européen, apportant leur expertise technique et industrielle à des nations dont les systèmes de production de capital humain n’étaient pas aussi efficaces que ceux de la Grande-Bretagne ».

Pour rejoindre les rangs du monde développé, les pays en développement doivent acquérir le savoir-faire correspondant. Lorsque Singapour s’est lancée dans sa phase de développement industriel, l’administration de Lee Kuan Yew a envoyé des étudiants en Amérique du Nord et en Europe pour accéder à l’expertise des grandes universités et des grandes entreprises. Sans expertise, les pays en développement ne pourront jamais atteindre la parité avec leurs riches homologues.

Un scénario qui illustre l’importance du capital humain est le cas contrasté de l’Allemagne et de la Jamaïque. La Jamaïque est l’enfant vedette du cannabis, mais les Allemands sont vénérés pour leur productivité, leur fabrication et leur savoir-faire institutionnel, de sorte que, comme on pouvait s’y attendre, les recherches prévoient que d’ici 2023, l’Allemagne devrait devenir le plus grand marché de cannabis du monde.

La réputation du cannabis jamaïcain est en effet phénoménale, mais il faudra plus qu’un nom de marque pour être compétitif à l’échelle mondiale. Un fait intéressant est que la Jamaïque se classe parmi les cinq premiers pays du monde pour son niveau d’entrepreneuriat improductif. C’est parce qu’elle n’a pas le savoir-faire entrepreneurial nécessaire pour exploiter le cannabis qu’elle n’a pas réussi à devenir un acteur mondial.

Il faut également savoir que les réglementations peuvent améliorer ou dégrader la qualité des industries. Le magnat des affaires Bruce Linton a loué le secteur jamaïcain du cannabis pour être bien réglementé. Et c’est précisément le problème. Pour participer à l’industrie, les entrepreneurs jamaïcains doivent se conformer à des réglementations assez coûteuses. Par exemple, un entrepreneur a besoin d’environ 10 000 dollars pour acquérir une licence de niveau 2 pour cultiver la plante. Ces réglementations entravent la croissance du secteur en limitant les possibilités de devenir entrepreneurs. Si le gouvernement avait encouragé un marché libre au lieu de réglementer excessivement le secteur, cela aurait attiré davantage d’entrepreneurs en Jamaïque, augmentant ainsi la probabilité d’accès au savoir-faire étranger.

Et contrairement à ce que certains pensent, le fait de se conformer aux réglementations internationales n’avantage pas les pays en développement. De nombreuses réglementations sont adaptées aux réalités du monde développé et, en tant que telles, sont inapplicables dans un contexte en développement. Les pays en développement ne rejoindront la ligue des nations riches qu’en acquérant le savoir-faire du monde développé et en innovant. Le simple fait de suivre les lois du monde développé ou d’augmenter le nombre d’inscriptions dans l’enseignement supérieur ne leur donnera pas un siège à la table des nations riches.

 

Sur le web

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici