15.1 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

Peut-on se priver des combustibles fossiles sans nuire à l’économie ?

Must read

Publié le 16 avril 2022



A
+

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n’êtes pas seul. Les prix de l’essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d’autres. L’impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux autres facteurs qui n’attirent pas autant l’attention parce qu’ils ne changent pas beaucoup, comme les réglementations strictes sur la production de pétrole et de gaz, les lourdes taxes sur les carburants et les limites de production fixées par l’OPEP. Bien que nous ne pensions généralement pas à ces mesures lorsque nous faisons le plein, il est bon de rappeler qu’elles exercent une pression sous-jacente importante sur les marchés du pétrole et du gaz, poussant les prix bien au-delà de ce qu’ils seraient autrement.

LOL pic.twitter.com/zqc5aghaVs

— Brad Polumbo 🇺🇸⚽️ 🏳️‍🌈 (@brad_polumbo) March 8, 2022

This was *two weeks* ago. pic.twitter.com/MtnPVpzQpx

— Drew Holden (@DrewHolden360) March 9, 2022

Une victoire embarrassante

Alors que la plupart des gens sont naturellement mécontents des prix élevés de l’essence que nous connaissons, on peut se demander si les faucons du changement climatique se réjouissent de ce changement. Après tout, n’est-ce pas ce qu’ils voulaient depuis le début ? Ne poussaient-ils pas pour une taxe sur le carbone afin de rendre l’essence plus chère ?

Bien sûr, les prix élevés actuels de l’essence ne sont pas principalement dus à une taxe sur le carbone, mais le résultat est à peu près le même. Les prix élevés entraînent une baisse de la consommation. Les gens conduisent moins de voitures et se tournent de plus en plus vers des modes de transport alternatifs, le covoiturage ou l’absence de transport lorsque cela est possible. Si vous pensez que la consommation de combustibles fossiles détruit la planète, les prix élevés des carburants doivent être considérés comme une victoire.

Ce qui est gênant, c’est que s’ils sont un tant soit peu cohérents, les alarmistes doivent presque célébrer les prix qui poussent tant de gens dans les difficultés économiques. Je peux imaginer qu’un défenseur du climat se rende dans une station-service avec une pancarte indiquant que « le prix de l’essence n’est pas encore assez élevé ». Cela semble ridicule, mais c’est la conclusion logique de ce qu’ils croient. Si vous voulez un monde où la consommation de combustibles fossiles est nulle, quel meilleur moyen d’y parvenir qu’en rendant les combustibles fossiles prohibitifs ?

Alors comment sommes-nous censés nous passer des combustibles fossiles ? Selon certains, nous devrions tous acheter des véhicules électriques (VE). C’est une bonne idée en théorie, mais comme beaucoup l’ont souligné, ce n’est pas vraiment réaliste dans un avenir prévisible.

« Just buy an electric car » is the modern day version of « Let them eat cake »

— Opossum ♡ Ⓐ🏴 (@xadditupx) March 8, 2022

 

Nothing… And I mean NOTHING… Is more tone deaf than telling a single mother of two making $30k a year who is struggling with gas prices to go buy a $50-80k electric car that she has nowhere to charge.

— Pradheep J. Shanker (@Neoavatara) March 8, 2022

Comprendre le point de bascule

Si le prix relativement élevé des véhicules électriques illustre bien la question des privilèges, il met également en lumière une idée économique importante.

Considérez ceci. Dans un marché libre, les gens se dirigent naturellement vers l’option la moins chère car elle est, par définition, plus économique. Le fait que certains reviennent aux voitures à essence malgré le prix élevé de l’essence est donc révélateur : dans de nombreux cas, les véhicules à essence sont toujours plus économiques que les VE. Ainsi, s’éloigner des véhicules à carburant fossile, du moins dans l’état actuel des choses, serait économiquement néfaste. Après tout, s’il était moins cher de passer aux VE (toutes choses égales par ailleurs), les gens l’auraient déjà fait par pur intérêt personnel.

Essentiellement, le coût d’achat et de conduite d’un véhicule électrique représente un point de basculement. Tant que l’essence est suffisamment bon marché, les voitures à essence seront globalement moins chères, et les gens s’y tiendront. Cependant, si l’essence devient vraiment chère, il y aura un moment où les VE deviendront globalement moins chers, et les gens changeront naturellement de véhicule.

Mais il y a une mise en garde importante.

Les décisions des consommateurs ne peuvent démontrer une supériorité économique que dans un marché libre. Si des taxes, des réglementations ou des subventions spéciales créent des conditions de concurrence inégales, il est tout à fait possible que les consommateurs choisissent une option relativement peu rentable qu’ils n’auraient pas choisie sans l’intervention du gouvernement.

Par exemple, si les VE bénéficient de crédits d’impôt importants qui ne sont pas disponibles pour les voitures à essence, leur prix effectif sera artificiellement bas, ce qui signifie que les acheteurs se dirigeront vers eux même si ces voitures sont plus chères à fabriquer.

Donc, si vous pouvez convaincre les gens d’acheter votre produit dans un marché libre, vous pouvez démontrer que le vôtre est l’option la plus économique. Mais si, d’un autre côté, vous ressentez le besoin d’inciter ou même de forcer à utiliser votre alternative (avec des crédits d’impôt, des réglementations, des interdictions, et autres), c’est une bonne indication que votre alternative est économiquement inférieure.

Mais au moins, les VE contribuent à atténuer les effets du changement climatique, non ? Eh bien, pas vraiment. De nombreuses preuves montrent que le passage aux VE ne fait qu’une différence marginale dans la réduction des émissions de CO2.

Comme l’a souligné l’économiste Jonathan Lesser dans une étude de 2018 :

« Bien que les véhicules à émission zéro émettent moins de CO2 que les véhicules à combustion interne, la réduction prévue des émissions de CO2, inférieure à 1 % du total des émissions de CO2 prévues aux États-Unis, n’aura aucun impact mesurable sur le climat et, par conséquent, aucune valeur économique. »

 

Calculer le coût

Les alarmistes climatiques affirment souvent que nous n’avons pas à choisir entre l’environnement et l’économie. Aider l’environnement serait bon pour l’économie, insistent-ils, même si les impacts économiques du changement climatique n’étaient pas un facteur. C’est peut-être vrai dans certains cas, mais la plupart du temps, ce ne sont que des vœux pieux.

La dure réalité est que nous devons parfois choisir. Tant que les alternatives vertes sont plus coûteuses que ce que nous utilisons actuellement (toutes choses égales par ailleurs), le passage à ces alternatives sera économiquement nuisible. Encore une fois, si c’était vraiment bon pour l’économie, nous le ferions déjà.

Alors, si le désinvestissement des combustibles fossiles est si néfaste, pourquoi tant de personnes les soutiennent-elles ? La plupart du temps, le problème est que les coûts sont ignorés, ou du moins minimisés.

C’est pourquoi, dans son livre The Moral Case for Fossil Fuels, Alex Epstein souligne l’importance d’être impartial lorsqu’on aborde ce sujet :

« Pour avoir une vue d’ensemble, il faut examiner tous les avantages et les risques pour la vie humaine de faire quelque chose ou de ne pas le faire. Faire autrement, c’est faire preuve d’un parti pris qui pourrait être très dangereux pour la vie humaine ».

Cela peut sembler inoffensif, mais il faut le souligner car il existe un parti pris omniprésent contre les combustibles fossiles dans notre culture. Il est facile de remarquer les inconvénients de l’utilisation des combustibles fossiles, mais nous n’apprécions pas toujours les avantages que nous en tirons. Ces avantages sont pourtant bien réels et importants. En effet, l’énergie bon marché et fiable fournie par les combustibles fossiles est la clé d’une grande partie de notre prospérité, du transport à l’alimentation en passant par les soins de santé.

Mais quelle est l’importance de ces avantages ? Eh bien, pensez au fait qu’il est beaucoup moins cher de conduire un véhicule à essence qu’un véhicule électrique. Cette différence représente les économies que les combustibles fossiles rendent possibles.

En fait, il est révélateur que malgré la flambée des prix de l’essence, nous n’ayons pas encore atteint le point où les VE sont clairement plus économiques. Cela en dit long sur les avantages que nous tirons des véhicules à essence et sur ce que nous risquons de perdre si nous sommes forcés de les abandonner.

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici