10.4 C
Paris
vendredi, juillet 1, 2022

Dividendes salariés obligatoires : Macron fait fausse route

Must read

Publié le 15 avril 2022



A
+

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. Personne n’est venu m’aider et aucun de mes salariés ne s’est proposé de participer aux pertes ! Ne parlons pas de l’État qui en aucune manière ne m’a proposé gentiment des étalements de paiement ou des remises.

Arrêtons de taper sur les entrepreneurs

Quand les politiques cesseront-ils de se mêler de nos affaires en décidant des distributions obligatoires ? Ils sont à l’image des journalistes qui ne sont toujours pas capables de faire la différence entre chiffre d’affaires et bénéfice. Ils claironnent les bénéfices exceptionnels de Total, Peugeot ou Dassault mais ne parlent jamais de leurs pertes en d’autres années. Jamais ils n’expliquent le ratio CA/bénéfice alors que ces derniers ne sont peut-être que de 2, 5 ou 8 % ! Scandaleux ? Quand le chiffre d’affaires en volume est très important, le bénéfice en volume l’est proportionnellement aussi mais ces débiles mentaux n’arrivent pas à faire une simple règle de trois…

Autre exemple : on s’apitoie sur les pauvres caissières des supermarchés qui seraient mal payées. Or dans de nombreux cas elles perçoivent un treizième voire un quatorzième mois et souvent des participations aux résultats de l’entreprise. Ce n’est pourtant pas ce que nous racontent les journalistes intervieweurs…

Soyons clair, une entreprise qui se porte bien n’a pas d’autres moyens que d’honorer, de respecter et de bien payer ses salariés sinon elle n’a plus personne pour faire le job ! Cela est particulièrement vrai dans les TPE et PME. Il faut être un politique pour ignorer cette vérité-là !

Les dividendes salariés obligatoires : une menace pour l’entreprise

Cette obligation de dividendes est déjà une réalité dès que l’entreprise dépasse 50 salariés ou un certain chiffre d’affaires. C’est exactement pour cette raison que beaucoup d’entreprises en dessous de ce seuil refusent de grandir ou montent une nouvelle société parallèle ; avec le risque que les syndicats ou l’inspecteur du travail fasse le rapprochement et relie les deux sociétés.

Cela explique également l’écart abyssal en nombre de PME/PMI entre la France et l’Allemagne.

L’entrepreneur qui a créé son affaire il y a 20 ou 30 ans avec des hauts et des bas et qui arrive enfin à dégager des résultats conséquents se voit obligé de distribuer des dividendes ? Qu’on lui laisse le choix de le faire mais que l’on cesse d’imposer car quelles seront les conséquences à attendre dans ce dernier cas ? Il va esquiver et trouver toutes les failles déjà bien connues et utilisées par des boites comme Mc Kinsey ou Amazon qui eux ont les moyens de faire.

Et surtout que l’État ose enfin remettre en question le coût exorbitant du salaire total. Trop de charges, trop de machins auxquels il faut contribuer et le petit reste net perçu par le salarié. Une protection sociale qui bat de l’aile, des remboursements minables, des retraites misérables. Oui, elle est belle cette France sociale avec son modèle que la Terre entière nous envie…

Et on voudrait que les entreprises corrigent tout ça par une distribution obligatoire de dividendes ?

C’est simple, elle n’en fera plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici