26 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

les défaillances d’entreprises en hausse de 6,3% en mars

Must read

Les défaillances d’entreprises en France cumulées sur les 12 derniers mois ont augmenté de 6,3% en mars, selon les chiffres provisoires rapportés par la Banque de France, mercredi 13 avril. Mais « il n’y a pas à ce stade de vague de faillites à venir », estime la banque centrale, qui souligne que la hausse doit être interprétée avec précaution. En effet, durant la période de référence allant d’avril 2020 à mars 2021, le nombre de défaillances était très faible du fait de la pandémie, qui a entraîné la fermeture temporaire des tribunaux de commerce, et des mesures de soutien en trésorerie aux entreprises.

La reprise des défaillances s’accélère néanmoins, la hausse pour février n’étant que de 2,9%, selon les chiffres définitifs publiés par la Banque de France. A un peu moins de 30 000 sur 12 mois en mars, leur nombre reste toutefois encore inférieur de 36,6% à celui relevé deux ans plus tôt.

Les défaillances d’entreprises en France cumulées sur les 12 derniers mois ont augmenté de 6,3% en mars, selon les chiffres provisoires de la Banque de France, le 13 avril 2022. (BANQUE DE FRANCE)

C’est dans le secteur transport et entreposage que l’augmentation du nombre de cessations de paiement est le plus rapide, à 17,6%. Ce secteur a été marqué par un très fort nombre de créations d’entreprises durant la pandémie dans les services de livraison. La construction suit avec 16,7% de hausse des défaillances, devant l’information et communication avec 11,6%. A l’inverse, les déclarations de cessation de paiement continuent à être en baisse pour l’hébergement et la restauration (-8,8%).

Par tailles d’entreprises, ce sont les très petites (TPE) de moins de 11 salariés qui connaissent une reprise marquée des défaillances, en hausse de 23,7% sur un an, tandis que les grosses PME de 50 à 249 salariés connaissent une baisse des défauts d’un même ordre de grandeur (-23,4%). Et seules 23 faillites d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) et de grands groupes ont été notifiés, soit une chute de 55,8%.

Le cabinet Altares a publié de son côté une étude faisant état d’une hausse de 34,6% des défaillances d’entreprises sur un an au premier trimestre, avec une méthologie différente, qui comptabilise notamment les procédures de sauvergarde exclues par la Banque de France, laquelle ne prend en compte que les situations de cessation de paiement, c’est-à-dire les liquidations et procédures judiciaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici