15.1 C
Paris
mardi, juillet 5, 2022

la rentabilité des aéroports paralysée pour dix ans

Must read

L’aéroport de Nice (Alpes-Maritimes). (VALERY HACHE / AFP)

L’alarme est lancée un mois après l’engagement des gestionnaires d’aéroports européens de respecter la neutralité carbone à l’horizon 2030. Autant dire que la pandémie de Covid-19 remet totalement en question cet objectif, la crise créant ce que l’on appelle un effet ciseau coupant les ambitieux programmes de réduction d’émissions de CO2.

La crise sanitaire et les restrictions de déplacements ont privé les aéroports de 60 % de leur chiffre d’affaires, avec des pertes totales de douze milliards d’euros pour la seule année 2020. Et la reprise du trafic qui semble s’amorcer cet été sera faible et inégale. Selon ACI Europe, le niveau de fréquentation de 2019 (avant-crise) ne sera retrouvé au mieux qu’en 2025. Message : la reprise ne remettra pas les infrastructures aéroportuaires instantanément dans une situation financière saine et durable pour assurer les investissements prévus dans le domaine climatique.

Est-ce que c’est un appel lancé aux différents gouvernements européens pour obtenir de nouvelles aides ? Non. Les aéroports disent qu’ils ne veulent pas de traitement de faveur mais de l’équité pour investir dans leurs infrastructures. Les États ont soutenu massivement les compagnies aériennes, les aéroports beaucoup moins. C’est un appel à une refonte du financement des plateformes. Il faudrait, par exemple, revenir sur le plafonnement des redevances que paient les compagnies aériennes pour utiliser les installations.

Message lancé également aux partenaires sociaux à la veille d’une mobilisation en France. Les syndicats d’Aéroports de Paris appellent à la grève le week-end du 19 juin et début juillet pour protester contre le plan d’adaptation des contrats de travail destiné justement à faire face à la crise du Covid. Un mouvement qui tombe dans un calendrier compliqué et de fortes tensions économiques et financières. Les aéroports européens sont aujourd’hui endettés à hauteur de 20 milliards d’euros.

A lire aussiSujets associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici