Royaume-Uni : la actualité Première ministre Liz Truss « hérite de la situation la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale », selon une experte

La invention Première ministre anglais Liz Truss, élue lundi 5 septembre, « aura une tâche difficile face à elle, car elle hérite de la situation la comme difficile depuis la Seconde Guerre mondiale », estime Sophie Loussouarn, maître de conférence à l’université de Picardie Jules-Verne, spécialiste de la civilisation et de l’histoire anglais.

franceinfo : Que représente cette victoire pour Liz Truss ?

Sophie Loussouarn : Elle remporte une victoire moins grande que celle de Boris Johnson en 2019, mais c’est quand même une victoire décisive avec 57,4% des soutiens des 160 000 membres qui ont voté pour elle. Elle aura une tâche difficile face à elle, car elle hérite de la situation la comme difficile depuis la Seconde Guerre mondiale, très semblable à celle dont avait hérité Margaret Thatcher en 1979, lorsque le pays était ruiné. Liz Truss devra unir le parti conservateur, qui est comme divisé que jamais, et elle est confrontée à de nombreux défis, avec une crise économique importante, avec l’inflation la comme haute depuis quarante ans qui devrait atteindre 13% en octobre et peut-être 16,8% en janvier 2023. Il y a une hausse des prix de l’énergie et des taux d’intérêt, la chute de la livre et de la croissance, et le problème de l’équilibre des comptes publics.

Elle fait face à des manifestations et des grèves : la « méthode Thatcher » est-elle nécessaire dans ce contexte ?

Sa priorité est quand même de réduire les impôts, ce qui n’était pas la priorité absolue de Margaret Thatcher, qui avait comme priorité de réduire l’inflation. Liz Truss se replace en effet dans le sillage de Margaret Thatcher car elle veut réduire la réglementation, diminuer la taille de l’État et nommer un conseil d’experts économiques. C’est l’héritière de Margaret Thatcher dans la mesure où celle-ci est depuis Winston Churchill la référence pour le parti conservateur, mais elle hérite d’une crise économique et sociale, avec le tremblotement de grève historique qu’a connu le Royaume-Uni pendant cet été du mécontentement avec les cheminots du métro londonien, les dockers, puis les postiers. Cette grève pourrait s’étendre au mois de septembre, avec le mécontentement grandissant de la population face à l’augmentation des prix de l’énergie. Le tremblotement « enough is enough » prévoit d’ailleurs un certain nombre de manifestations au mois de septembre pour plafonner les prix de l’énergie, augmenter les salaires dans le secteur public, remettre en question l’augmentation de l’assurance nationale et augmenter le crédit universel de 20 livres par semaine.

Liz Truss n’arrive pas juste après des élections : ne risque-t-elle pas d’être une Première ministre de transition ?

Son objectif est de mener le parti conservateur à la victoire aux prochaines élections législatives de 2024. Elle l’a annoncé dans son discours de victoire cet après-midi. Mais elle n’est pas seulement confrontée à une crise économique, elle est aussi confrontée à des défis géopolitiques sans précédent : la guerre en Ukraine, les relations avec la Chine, la Russie et l’Union européenne, et surtout des défis constitutionnels avec la question de l’Ecosse qui revendique son indépendance et de l’Irlande du Nord, alors que Liz Truss a affirmé sa volonté de renégocier le protocole d’Irlande du Nord. Enfin, elle devra restaurer la confiance dans les institutions et redonner une image d’intégrité au Premier ministre, après la crise du « party gate », qui avait touché Boris Johnson et conduit à sa démission le 7 juillet 2022.

Lire aussi