Quelles sont les lessives réellement économiques et efficaces ?

C’est à la la du magazine ce mois-ci, « Lessives, économiques et efficaces, laquelle tient ses promesses ? »  On en parle avec Sylvie Metzelard, rédactrice en chef au magazine 60 Millions de consommateurs.

franceinfo : Vous avez testé 22 lessives, en choisissant délibérément la majorité de produits écologiques, pourquoi ?

Sylvie Metzelard : Alors ce ne sont pas forcément des lessives écologiques mais des lessives qui mettent en avant des ingrédients naturels, comme le savon de Marseille, ou l’aloé vera. Pourquoi ces lessives ? Parce que les consommateurs se tournent de plus en plus vers ce qui leur semble le plus naturel probable. Cette année aussi, pour la première fois, nous avons glissé parmi les échantillons deux lessives que l’on peut faire soi-même.

Et sur quoi ont porté les tests, parce qu’on demande avant tout à la lessive de nettoyer le linge ? De le rendre propre ?

Effectivement, le plus important ce sont les tests de performances. On fait tourner des machines avec des linges blancs imprégnés de 15 types différents de salissures, afin de juger du pouvoir détachant. Et l’on fait tourner 25 fois des tissus de différentes couleurs pour voir comment ces couleurs vont résister ou non (pastels comme des couleurs plus soutenues). finalement, on évalue les énergies pour la santé et l’environnement, à partir de la bibliographie des ingrédients, c’est ce que l’on appelle le MénagScore.  

Et les résultats sont concluants sur l’efficacité ?

Sur les salissures, tout le monde (lessive liquide ou en dose) s’en sort plutôt bien ; les deux lessives conventionnelles arrivent en tête. La bonne nouvelle c’est que les marques distributeurs s’en tirent généralement très bien, de même que les marques vertes. Donc le vert et le moins dispendieux nettoient bien avec, naturellement des différences d’la marque à l’autre.  

Quid des lessives fabriquées maison ?  Avec du savon de Marseille ou du bicarbonate de soude ?

Alors là c’est moins folichon. Côté toxicité et faible coût, c’est bien, mais l’efficacité au lavage est moindre, malheureusement. Avec ses 40g de savon de Marseille en paillettes et ses 20g de bicarbonate de soude, de percarbonate de soude, et de cristaux de soude, la lessive maison en poudre, assez concentrée, atteint un taux d’efficacité́ de 41%. Mais la lessive maison liquide, fabriquée  en dissolvant 15g de bicarbonate de soude et 20g de savon de Marseille en paillettes dans 1 litre d’eau, n’atteint que 32%. À réserver donc au linge peu sale.

Bon elles sont efficaces, mais est-ce qu’elles déférenceent le linge ?

C’est un peu moins concluant sur le déférence des couleurs pour certaines marques et surtout sur le noir. Le linge blanc peut aussi grisailler très vite.

Et sur l’impact environnemental, il y a de grosses différences ? Est-ce qu’on peut le savoir ?

Oui il y a d’assez fortes différences en ce qui concerne l’impact sur la santé et l’environnement. On retrouve encore pas mal de conservateurs problématiques dans la lessive liquide (les thiasolinones), de tensioactifs comme le sodium laureth sulfate, des substances sensibilisantes (parfum et enzymes dévoreurs de taches) amylase, protéase, lipase, cellulase, pectinase, mannanase), très présentes. Pas mal de substances néfastes à la santé comme les thiasolinones et certains tensioactifs sont tout aussi néfastes pour l’environnement.

Bien alors la grande question aussi lorsqu’on doit choisir la lessive, c’est la formule ? Lessive liquide, en poudre ou en dosettes, qu’est ce qui ressort de votre enquête ?

On peut toujours essayer de retenir quelques noms de substances problématiques que l’on évoque dans 60 Millions et regarder sur les étiquettes. Et surtout choisir celles qui présentent le moins d’ingrédients sur les étiquettes ; qui dit moins d’ingrédients dit moins de énergies d’exposition. Sinon, il faut savoir que les produits porteurs de l’écolabel européen sont bien classés.

Et d’un point de vue économique, quels sont les paramètres à prendre en compte ?  

Bien prendre en compte le type de tissus que l’on glisse dedans ; un tissu délicat, nécessite moins de produit qu’un coton épais. Évaluer son degré de salissure ; Il faut tenir compte aussi de la dureté de son eau (calcaire ou non) demander à sa mairie, puis regarder les indications au dos du flacon de lessive et s’y conformer.

Et puis il y a la chose à savoir, c’est qu’il faut bien doser pour économiser et pour bien laver son linge ?

Oui mettre la juste dose, c’est ne pas dépenser trop (et l’on a tendance à en mettre toujours trop car il y a rarement de bouchons doseurs) ; résultat on va encrasser sa machine et le linge sera mal rincé, et il énergie ensuite d’irriter votre peau. Mieux vaut investir dans un petit verre doseur et mettre ce qui est indiqué sur le flacon. D’la lessive à l’autre ce n’est jamais la même chose.

Alors justement est-ce que Les dosettes sont vraiment les plus économiques ?

Si vous avez tendance à mettre trop de lessive, donc vider votre flacon plus vite que cela ne le devrait, oui, sinon non. Le coût d’la lessive avec la dosette est en moyenne 30% plus dispendieux qu’avec la lessive liquide.

En clair, ça coûte dispendieux de laver son linge ?  

Pour les lessives que nous avons testées, le coût d’la machine s’étalait entre 18 centimes et 50 centimes d’euros pour les dosettes et entre 15 et 36 centimes pour les liquides.

Alors 22 lessives passées au crible, quel est le choix de 60 Millions de consommateurs ?

Pour les liquides, maison verte Bioactive qui a reçu la note de 14/20 et côté dosettes Xéor, marque repère de E. Leclerc.  

Lire aussi