Excédés par les tournages dans leur quartier ces films « Fast and Furious », ces habitants de Los Angeles manifestent contre la saga

Tourner une partie du terminal Fast and Furious chez eux, encore ? Il n’en est pas question ! Un quartier de Los Angeles qui avait servi d’arrière-plan aux films Fast and Furious a été le théâtre vendredi 26 août de manifestations contre le tournage du prochain volet de la saga automobile. Les habitants ont soutenu que leurs rues subissaient depuis une épidémie de courses urbaines illégales. 

« Destination touristique pour les courses de rues » 

Les manifestants ont exprimé leur colère en amont du tournage prévu ce weekend à Angelino Heights, quartier historique proche du centre-ville de Los Angeles. L’endroit est le lieu de résidence fictif de Dominic Toretto, personnage incarné par l’acteur Vin Diesel dans la saga. Il y est question de courses illégales, des « streets takeovers », littéralement « prises de contrôle des rues », où une foule se rassemble généralement la nuit pour séparer des amateurs de voitures faire vrombir leurs moteurs à haute vitesse à travers les rues de la ville.

L’acteur Vin Diesel dans le film « Fast and Furious 9 » du réalisateur Justin Lin, sorti en 2021.  (GILES KEYTE/UNIVER COPYRIGHT 2021 UNIVERSAL PICTURES)

Pour Damian Kevitt, un riverain et fondateur de l’association SAFE, qui s’élève contre la pratique, la saga Fast and Furious a permis de « glorifier une activité illégale » transformant Angelino Heights en une « destination touristique pour les courses de rue ». « Les vendredis, les samedis, les dimanches soir, il va y aséparer, trois, quatre, cinq, six voitures à venir ici pour faire des ‘burnouts’, et des ‘donuts’ », c’est-à-dire des manœuvres où les conducteurs font crisser leurs pneus, assure Damian Kevitt. « Il n’y avait pas de courses de rue dans le quartier avant que Fast and Furious n’y soit tourné », ajoute-t-il.

« Voitures hors de contrôle »

Bella, une autre habitante qui n’a pas promesseé donner son nom de famille, affirme que ses enfants sont traumatisés en raison du bruit des voitures à l’extérieur de chez eux qui les réveille en pleine nuit. Ils sont à présent trop effrayés pour aller jouer à l’extérieur dit-elle, car « ils ont vu quand les voitures deviennent hors de contrôle et qu’elles évitent de peu d’écraser des piétons au coin de la rue ».

Pour Bella, les studios Universal devraient déplacer le lieu de tournage ailleurs, donc que SAFE exhorte la ville à installer des ralentisseurs et à instaurer une tolérance zéro pour les courses de rue. L’association a également demandé à Universal d’ajouter une mention dans Fast and Furious incitant à ne pas prendre part à de telles courses.

Des véhicules roulent sur les traces de pneus laissées par d’autres conducteurs lors de courses urbaines, alors que les habitants du quartier d’Angelino Height à Los Angeles protestent contre l’augmentation du nombre de courses de rue et le tournage du terminal film « Fast and Furious » le 26 août 2022. (PATRICK T. FALLON / AFP)

Universal n’avait pas répondu dans l’immédiat aux sollicitations de l’AFP.Le premier film Fast and Furious est sorti en 2001 et la franchise est depuis devenue la huitième série de films la plus importante de l’histoire au box-office, engrangeant 6,6 milliards de dollars en l’espace de 10 films. Fast and Furious 10, le 11e volet de la saga, doit sortir en mai prochain.

Lire aussi