une décision prise « sans concertation », regrette le délégué général du Conseil national des centres commerciaux

Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux, se dit « relativement étonné » par l’annonce par Emmanuel Macron lundi soir d’étendre le pass sanitaire aux centres commerciaux.

Article rédigé par

Publié le 12/07/2021 22:20

Temps de lecture : 1 min.

Les centres commerciaux font partie des lieux qui seront soumis à l’instauration du pass sanitaire, à partir de début août. Emmanuel Macron l’a annoncé lors de son allocution lundi 12 juillet soir. Sur franceinfo, Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), se dit « relativement étonné » par cette annonce et regrette de ne pas avoir été sollicité en amont.

« En général, le gouvernement pratique une concertation préalable, avant de prendre de telles décisions, déplore-t-il. Ça n’a pas été le cas pour celle-ci. » Il précise néanmoins qu’il se préparait à l’idée, puisque « la rumeur circulait depuis 24 heures. » Pour autant, il attend encore des réponses concernant la mise en œuvre du pass sanitaire.

« Ça pose beaucoup de questions », déplore le délégué général du Conseil national des centres commerciaux, notamment parce que la notion de centre commercial n’est pas clairement définie.

« Qu’est-ce qu’un centre commercial pour le gouvernement ? Si on prend une définition européenne, c’est plus de 20 magasins, plus de 5 000 m², avec une gestion centralisée. Est-ce que c’est cette définition qui sera retenue ? »

Gontran Thüring

à franceinfo

Il attend désormais le projet de loi, qui devra également préciser les contours de la mise en place du pass sanitaire, notamment indiquer les personnels qui seront habilités à réaliser des contrôles. Une mesure qui aura « un coût économique » pour les gestionnaires et propriétaires de centres commerciaux, qui, selon lui, vont devoir embaucher du personnel de sécurité. Gontran Thüring espère par ailleurs que l’impact en termes de recettes sera « limité ». Pour le savoir, il faudra attendre début août et observer le comportement de la clientèle.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Lire aussi