En Normandie, un bus propose une vaccination sans rendez-vous près des lieux culturels

Publié le 15/07/2021 21:08

Durée de la vidéo : 1 min.

Article rédigé par

Un schéma vaccinal complet ou un test PCR seront bientôt requis à l’entrée des lieux culturels. Pour répondre au besoin, un vaccinobus sillonne les routes de Normandie. #IlsOntLaSolution

Ça y est, le passeport vaccinal a été étendu, provoquant une nouvelle vague de vaccination. Rendu obligatoire pour les soignants d’ici le 15 septembre, toute personne devra présenter un schéma vaccinal complet ou un test PCR à l’entrée des lieux culturels à partir du 21 juillet. Une mesure prise pour endiguer la progression du variant Delta, contre lequel le vaccin est efficace. Selon l’ARS de Normandie, les résultats au Royaume-Uni, où le variant se propage massivement, montrent « une réduction du risque de forme grave de 70% après une injection et de plus de 90% après deux injections ».

Pour faire face au besoin, un vaccinobus sillonne les lieux culturels de Normandie. Aujourd’hui, il campe à l’entrée des jardins de Giverny et du musée de Monet, dans l’Eure. Une initiative d’autant plus urgente que le département est celui qui affiche le plus faible taux de vaccination de la région.

Notre choix est simple : faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous.
C’est le sens du pass sanitaire qui sera étendu. pic.twitter.com/Bk21ncGhNz

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) July 12, 2021

À deux-pas des nymphéas du jardin, le véhicule est équipé d’un véritable cabinet médical où exerce le Docteur Bernard Wiatr. “Nous organisons des vaccinations comme celles-ci dans des endroits ponctuels et c’est une occasion de capter un maximum de volontaires à la vaccination”, explique-t-il. Le but : inciter les touristes en vadrouille à se faire injecter une dose du précieux sérum. Le processus est ultra-simple : il suffit de se pointer. 

“On était passés visiter le musée Monet, et dans la rue ce monsieur m’a fait signe et proposé de me faire vacciner”, témoigne un jeune qui a accepté la proposition. Une aubaine, également, pour les habitants du coin qui profitent de l’opportunité. « Comme ça, on est tranquille ! », s’enthousiasme l’un d’eux. Prochaines étapes du vaccinobus : Etretat et le château des Andelys, le long des routes touristiques.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Lire aussi