l’Union européenne va examiner la nouvelle loi interdisant « la promotion » de l’homosexualité

Cette loi homophobe adoptée par le parlement hongrois a été dénoncée par les Etats-Unis et plusieurs ONG.

Article rédigé par

Publié le 16/06/2021 16:21

Mis à jour le 16/06/2021 16:44

Temps de lecture : 1 min.

La Commission européenne a annoncé mercredi 16 juin qu’elle était en train d' »analyser » le texte adopté mardi en Hongrie interdisant la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs. Cette loi homophobe a notamment été dénoncée par Washington et plusieurs ONG comme une nouvelle atteinte aux droits des LGBT.

« Nous sommes en train d’analyser activement la législation qui a été adoptée », a déclaré une porte-parole de la Commission, Dana Spinant, interrogée lors du point de presse quotidien sur la réaction de l’exécutif européen face à cette initiative du parti du Premier ministre de droite, Viktor Orbán. La Hongrie, membre depuis 2004 de l’Union européenne (UE), dont la Charte des droits fondamentaux interdit toute discrimination basée sur l’orientation sexuelle, est régulièrement accusé par Bruxelles d’atteintes à l’Etat de droit.

Dana Spinant a rejeté les accusations de timidité faites à la Commission. « Nous n’allons pas être timides, nous allons exprimer notre position et nos opinions. Mais nous devons les fonder sur un examen approfondi du contenu réel de cette loi, et d’éventuels problèmes qu’elle poserait », a expliqué la porte-parole. La Commission a rappelé qu’elle avait présenté en novembre 2020 une stratégie destinée à lutter contre les discriminations et la haine envers les personnes LGBT.

Le texte adopté mardi en Hongrie dispose que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». Une mesure qui va conduire selon les ONG à interdire des programmes éducatifs, publicités, livres ou séries dans lesquels l’homosexualité est évoquée.

La Hongrie, dirigée par Viktor Orbán depuis 2010, avait déjà accentué son offensive contre la communauté LGBT en décembre dernier, en inscrivant dans la Constitution la définition du sexe d’une personne comme étant uniquement celui de la naissance et en interdisant de facto l’adoption aux couples de même sexe. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Lire aussi